05/07/2014

Où va-t-on??

Aujourd'hui devait être un jour de joie pour des milliers d'enseignants et d'écoliers.
Malheureusement il n'en sera rien, et c'est avec une profonde tristesse et beaucoup d'émotions que j'ai appris la terrible nouvelle, l'assassinat d'une collègue, dans sa classe, alors qu'elle assurait l'accueil matinal de ses élèves de Grande Section.
Je m'associe à mes collègues de la Communauté des Profs Blogueurs pour lui rendre hommage.


En ce jour, j'ai une pensée pour Fabienne Terral-Calmès, sa famille, surtout ces deux petites filles qui ont perdu leur maman,  et ses collègues.
Une pensée également pour ces enfants de GS et les parents qui ont assisté à cet acte horrible.
Je suis triste, émue et profondément choquée.


(image de Jack http://dangerecole.blogspot.fr)

9 commentaires:

  1. quel drame en effet!!!!!!!!!!!
    qui aurait pu penser que notre métier était si dangereux...

    RépondreSupprimer
  2. C'est simplement inimaginable qu'une maman ne rentre pas chez elle ce vendredi soir là, qu'elle ne puisse pas embrasser ses deux fillettes en leur disant demain les filles c'est les vacances. On passe toutes nos journées ensemble.
    Je suis triste, écœurée pour son mari, qui n'a peut-être pas eu le temps de lui dire "bonne journée" ce matin là.
    Pour toute sa famille qui comptait peut-être l’appeler le vendredi soir pour lui souhaiter bonnes vacances...
    Et je suis profondément émue en pensant à elle, Fabienne, qui ne verra pas grandir ses princesses...
    C'est simplement inconcevable.
    Un nouvel ange qui en rejoint tant d'autres

    RépondreSupprimer
  3. Je me joins à toi pour soutenir sa famille, ses amis, ses collègues et ses élèves.
    Ca fait peur.
    Je suis indignée de la façon dont cette histoire est résolue comme si ce fait était isolé alors qu'il montre un malaise profond entre la société et notre système éducatif.
    Cette femme est une héroïne.

    RépondreSupprimer
  4. Le métier d'instituteur devient un métier à risque comme le devient celui de médecin, et comme le sont déjà ceux de policier, gendarme ou pompier ! C'est désolant, mais dans quel monde vivons-nous ...? Je n'ose imaginer ce que vivent sa famille, ses amis, ses collègues ... Ce 4 juillet aurait dû être un jour de joie, il sera à tout jamais un jour de tristesse ...
    Cathy

    RépondreSupprimer
  5. Notre ministre a raison, c'est un fait qui n'a rien à voir avec notre profession, mais nous sommes en première ligne ! des réflexions, des insultes même, ça commence à être notre quotidien ! L'école va mal, le statut d'enseignant n'existe plus dans la tête des parents, et ce n'est pas cette réforme qui va redorer le blason de l'école. Bien au contraire, elle a juste permis aux parents d'être plus sur les nerfs !

    RépondreSupprimer
  6. Je m'associe à tes pensées... Ce fait terrible a été "gommé" par le match de foot ayant lieu le même soir... Peu de réaction des hiérarchies...

    RépondreSupprimer
  7. J'ai été également très émue, attristée et révoltée par ce qui est arrivé à notre collègue. Toutes mes pensées vont à sa famille, son mari, ses deux petites filles. C'est un fait, terrible, inimaginable.

    RépondreSupprimer
  8. tous mes condoléances pour votre collègue c'est terrible ce qui lui est arrivée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ? elle s'est faite assassinée dans sa classe, le dernier jour d'école et devant les enfants par une maman 'déséquilibrée'

      Supprimer